Septième chronique : octobre 2017

Bibliothèque et travail intellectuel : mode d'emploi !

"C’est ainsi [...]. La décision fait retour sur un arrêt de 1767 qui ordonnait que la bibliothèque du collège (devenu royal après l’expulsion des jésuites) serait confiée à l’un des professeurs. Le roi en son conseil déclare à présent que "la place de Bibliothécaire du Collège, sera désormais incompatible avec celles de Sous-principal, de Professeurs, de Régents ou toute autre place ayant des fonctions dans le Collège" (art. II), car "cette disposition [celle de 1767] ne pouvant se concilier, ni avec les fonctions des Professeurs qui tiennent leurs classes aux heures où la Bibliothèque doit être ouverte, ni avec les études particulières qu’ils sont obligés de faire pour préparer leurs leçons, on a essayé d’y suppléer en établissant un Sous-bibliothécaire, qui est chargé en même temps des détails de la Sacristie ; mais ce dernier ne pouvant pas se trouver à la fois à la Bibliothèque & à la Sacristie, aux heures où son devoir l’appelle à l’une & à l’autre, ce n’est qu’un inconvénient de plus qu’on a ajouté à un autre" - Arrêt du Conseil d’État du Roi portant règlement... Il est possible de dire que c’est parce qu’elle est comprise comme travail, avec ses exigences propres, en particulier en termes de temps, qu’une fonction, celle de bibliothécaire, est détachée des emplois dont elle était tout naturellement l’un des attributs ; ou encore que c’est la décision, prise en l’occurrence en haut lieu, de distinguer une fonction, qui produit sa compréhension comme travail."

Cf. Le travail intellectuel : travail et philosophie, XVIIe-XIXe siècle par Dinah Ribard, EHESS dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2010/3 (65e année) p. 280

"C’est ainsi par exemple que l’arrêt du Conseil d’État du Roi portant règlement pour la bibliothèque du collège royal de La Flèche du 25 mars 1775 peut être regardé un instant.[...]" (la suite sur la colonne à gauche).

Qu’est-ce que le travail intellectuel ?

S'il y a un travail physique (trier, transporter, manipuler les livres) et un travail spirituel (informer, accompagner, élever) ? Il reste entendu qu'il y a sans conteste un travail intellectuel.

Le travail intellectuel est fait par tous les hommes en fonction de sa capacité intellectuelle et des outils dont il dispose.

• L'enfant dès la maternelle, qui arrive à distinguer les lignes droites et les cercles, ou à colorier des espaces limités par exemple, ne fait-il pas là un travail intellectuel ?

• La potière qui utilise son intelligence pour allier son désir artistique et les contraintes de cuisson ne fait-elle pas un travail intellectuel ?

• Les étudiants, les enseignants, les médecins, les ingénieurs, les magistrats..., tous dans l'exercice de leur fonction font un travail intellectuel.

Et les bibliothécaires ? Ils sont au service de l’intelligence dans toutes leurs tâches.

Le travail intellectuel en réalité se retrouve dans la plupart de nos activités, et même être à la base de tous les travaux y compris physiques. En général, lorsqu'un travail n'est pas soutenu par l'intelligence, il est souvent plus épuisant et produit généralement un résultat médiocre. Dans le cas contraire, il est plus aisé et produit un résultat satisfaisant.

L’outil fondamental du travail intellectuel est "l’ensemble des connaissances" dont dispose la mémoire de l’Homme : le "savoir". Ce savoir est certes pratique et se vit dans le quotidien mais il est aussi consigné dans les livres comme héritage de la pratique des anciens.

L’Utilité du travail intellectuel.

La question de l’utilité du travail intellectuel est essentielle. Le travail n'a pas comme seul but ultime les fins utiles. La recherche intellectuelle peut et doit conduire à l'ouverture sur l'autre et à la contemplation de la réalité : tâche hautement utile car avant tout tournée vers le bonheur de l’homme et l'accomplissement d'une vie.

 

Méthodologie du travail intellectuel.

Les étapes :

• Étape 1 : Travail préparatoire

• Étape 2 : Recherche documentaire

• Étape 3 : Lecture et analyse des documents retenus

• Étape 4 : Rédaction

À toutes les étapes, le rôle du bibliothécaire peut être utile !

La Bibliothèque met à disposition un certain nombre d’ouvrages (et un nombre certain… plus de 90.000 !) qui recouvre les grandes disciplines enseignées en philosophie, en bible, en théologie… La vitrine de rentrée* autour des bibliographies vous attend.

Bon travail intellectuel !

J.L.

*Cliquez sur la photo ci-dessus pour voir les images de la vitrine