Huitième chronique de 2017

Édition à façon ?

 

Des débuts de l'imprimerie jusqu'aux années 1830, la fonction éditoriale a été assurée, soit par des imprimeurs, soit par des libraires. (voir l’itinéraire de l’abbé Migne) Ce n’est qu’au 19ème siècle, le "grand siècle de l’édition", qu’apparaît réellement une fonction éditoriale distincte. Cela se comprend pour tout un ensemble de raisons :

• L’imprimerie devient un métier industriel où d’autres produits (la presse, l’affiche, les travaux de ville…) que le livre deviennent financièrement bien plus importants, amenant l’imprimeur à se spécialiser dans ses fonctions d’impression et à choisir dans les marchés d’impression. De ce point de vue, l’impression est devenue  un marché concentré sur les périodiques et le publicitaire, l’impression de livres ne représentant plus qu’une toute petite partie des activités de ce secteur industriel.

• Le nombre de lecteurs augmente en ce siècle avec la scolarisation amorcée par les lois Guizot, Falloux, concrétisée enfin par les lois Jules Ferry qui rendent l'école gratuite (en 1881) puis  l'éducation obligatoire et l'enseignement public laïque (en 1882).

• Parallèlement, le nombre d’auteurs et de livres publiés s’accroît dans de très notables proportions, avec une importante diversification et spécialisation et le commerce de la librairie, devant la masse des titres publiés (5400 en 1811, 14.000 en 1911 selon la Bibliographie nationale de France), devient également une spécialisation, avec une fonction de sélection, renseignement et aide aux lecteurs.

Nov_01

Ces trois spécialisations dans ces métiers sont donc concomitantes. Elles se retrouvent d’ailleurs dans l’ensemble des pays occidentaux.
Et bien évidemment, les évolutions postérieures n’ont fait qu’amplifier ces trois caractéristiques au 20ème siècle.

Qu’en est-il pour aujourd’hui ?

Au 21ème siècle, l’édition n’a plus qu’une part marginale dans l’imprimerie, depuis 2005, on constate que la production d’imprimés est en diminution constante sous l’effet du développement d’internet (presse en ligne, dématérialisation…) avec des évolutions d’ampleur différente entre les différents types d’imprimés : l’emballage et le livre se maintenant  (pour combien de temps encore pour le livre ?), au contraire de la presse et des revues.

POURTANT, "le nombre de livres édités ne cesse d’augmenter, tant en France que dans tous les pays occidentaux" !

Ne peut-on imaginer l’outil internet au service de l’édition et de la diffusion du livre dans tous ses états (librairies, bibliothèques, ebooks…) et pour le plus grand bonheur des écrivains, des éditeurs et des lecteurs ?

Pour savoir ce qu’il en est de l’édition d’hier et de demain, la bibliothèque diocésaine de Bordeaux vous propose une conférence avec Marc Leboucher sur le thème : "Le livre au service de l’intelligence chrétienne" et une vitrine sur un éditeur parmi d’autres en sciences religieuses : les éditions Salvator.

J.L.

(Source : http://mediadix.parisnanterre.fr/cours/Edition/102Historique.htm)

 

 

Toutes les chroniques