Cinquième chronique 2017 : mots d'été

L'Art sacré entre écrit et éclat

"On prend la vie où on la trouve, comme elle est", aimait à dire le Père Couturier (Cité par Sabine de Lavergne, Art sacré et modernité. Les grandes années de la revue ’l’Art Sacré’, Bruxelles, éditions Lessius, 1992, p. 220).

À lire l'article "L'Art sacré au risque de la Bible" sur le site de Cairn Info :

https://www.cairn.info/revue-transversalites-2008-2-page-177.htm

Voici donc un extrait :

"Qui sont les artistes d’aujourd’hui et quel type de création proposent-ils ? Il faut, pour que ce dialogue ait quelques chances de réussir, commencer par oublier notre savoir théologique et se mettre simplement à l’écoute des nouvelles tendances de l’art. On découvrira alors une richesse insoupçonnée."

L’Église manifeste cette proximité d’un art qui se manifeste à travers de nombreuses expressions relayées entre autre par le site de la Conférence des Évêques de France : http://www.narthex.fr ou d’autres initiatives particulières comme http://www.art-sacre.net créée par l'artiste suisse Madeline Diener (voir l’ouvrage paru aux éditions Ad Solem en 2001 par Henri Salina).

La Bibliothèque diocésaine de Bordeaux propose une vitrine d’ouvrages présentant l’art sacré sous de nombreux aspects et une exposition sur un grand artiste bordelais : Raymond Mirande, décédé il y a vingt ans. Depuis début juin et jusqu’à fin septembre, les visiteurs peuvent découvrir ses vitraux, ses émaux et, c’est l’originalité de cette manifestation, ses écrits (poèmes, correspondance…).

Une conférence sur le thème "Raymond Mirande Lecteur" aura lieu en septembre prochain.

Voir et dire sont tout un.

En attendant, bon été et rendez-vous très bientôt !

J.L.