Chronique 2018 - 4 : Mystère et Mystique(s)

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+

Une dimension fondamentale de l'être...

 

La collection Petits DS (Petits dictionnaires de spiritualité) chez Beauchesne propose la réunion de trois articles : Mystère, Mystères du Christ et Mystique. Les 3 M !

 

Aimé Solignac commence ainsi sa présentation : "Les mots mystère et mystique, longtemps suspects, reviennent en faveur aujourd'hui, à mesure que l'on découvre l'incapacité du raisonnement philosophique ou scientifique à rendre compte de l'expérience humaine en sa totalité.".

 

Le propos surprend : de quoi ce qui est caché est-il susceptible d’être soupçonné ? Pourquoi se découvrirait-il aujourd’hui alors que sa vocation est précisément de rester caché ? D’où vient cette incapacité de la philosophie et des sciences à définir l’homme dans son entier ?

 

"Un simple indice : la multiplication des études et encyclopédies sur la mystique en différentes cultures. Dans le contexte chrétien ces mots prennent un sens unifié malgré la diversité de leurs emplois. La réunion en un volume de trois articles du Dictionnaire de Spiritualité s'explique donc par l'unité foncière de leur objet."

 

Mystère(S) et Mystique(S) ont pour point de départ le caractère enfoui qui les réserve à une certaine intériorité. Ils tendent pourtant à l’objectivité dans leur manière de se révéler à nous dans une extériorité qui conduit à l’extase. L’homme se définit par plus grand que lui : c’est là son mystère et la mystique consiste à franchir l’abime entre l’impuissance absolue de l’homme et la toute-puissance absolue de Dieu.

 

"Pour les Pères de l'Église, mystique est encore un adjectif. Mais il qualifie tout ce qui se rapporte au Mystère, c'est-à-dire au dessein de Dieu d'unir à lui tous les hommes par la médiation de son Fils, envoyé au milieu des hommes. Au Moyen Age se développe la tradition des Mystères de la Vie du Christ : une série d'ouvrages qui proposent au chrétien de revivre dans la contemplation les grands moments de la vie du Seigneur.

 

L'introduction à l’article Mystique fournit au lecteur les indications voulues pour en saisir l'ordonnance et le contenu. La troisième section de cette réunion d’articles considère surtout l'expérience mystique en ses modalités les plus élevées. Le P. Paul Agaësse, lui-même un mystique, en a rédigé les pages dans les derniers mois de sa vie."

 

J.L.

 

À découvrir avec l'exposition "Mystique(s) : du visible à l'invisible" - Bibliothèque diocésaine de Bordeaux (aux heures d'ouverture jusqu'au 3 août 2018)

 

DENYS L'AREOPAGITE

 

Œuvres
Anvers, éd. Plantin, 1634

2 volumes in-folio reliés parchemin

Ici tome II contenant : Théologie mystique et autres écrits.

Auteur inconnu, vivant au 4e-5e s., dont les 4 traités théologiques et les 11 lettres portant la marque du néoplatonisme ont été attribués jusqu'à la Renaissance à Denys l'Aréopagite converti par Saint Paul (Actes, XVII, 34), considéré comme le premier évêque d'Athènes et saint, mais dont on ne possède aucun écrit.

Opera S. Dionysii Areopagitæ cum scholiis S. Maximi et paraphrasi Pachymeræ

Description matérielle : 2 t. (LII-893-[1] ; XXIV-530-[48] p.)

Description : Note : Titre-frontispice gr. sur cuivre au t. 1, titre impr. en rouge et noir au t. 2. Tables, index. - Texte grec et traduction latine en regard, sur 2 col.

Édition : 1634

Auteur du texte : Denys l’Aréopagite (auteur prétendu)

Éditeur scientifique : Balthasar Cordier (1592-1650)

Traducteur : Balthasar Cordier (1592-1650)

Imprimeur-libraire : Balthasar Moretus (1574-1641) Officine Plantin

 

 

Pour voir toutes nos chroniques, cliquez ici

Partager sur: Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Google+